Chargement Évènements

Heure:

Show 8 PM - Doors 7 PM

Lieu:

Amphithéâtre - Admission générale

BilletTerie:

514 861-4036, Tuesday to Saturday, noon to 6 pm

Tarifs:

$ 57.50 Regular
$ 60.90 Doors

lundi, 18 mars 2024 | 20:00

RODRIGO AMARANTE

Vous connaissez peut-être déjà Rodrigo Amarante. Vous avez peut-être entendu  » Tuyo « , son générique pour la série Netflix Narcos, ou l’album Little Joy, enregistré avec Fab Moretti et Binki Shapiro, vous avez peut-être noté son nom parmi les crédits des chansons de Gal Costa, Norah Jones et Gilberto Gil ; ou peut-être l’avez-vous vu jouer en live avec le big band de samba brésilien Orquestra Imperial, ou avec les rockers de Rio Los Hermanos ; vous auriez vraiment dû écouter son premier album, Cavalo, sorti en 2014. Vous pensez peut-être déjà connaître Rodrigo Amarante, mais Drama, son deuxième album solo, va introduire un tout nouveau niveau de confusion dans le mélange.

Drama est délibérément caricatural, cinématographique ; « aussi biaisé que la mémoire ». Il coule comme une arche, s’amusant à tromper, comme un conte. L’inquiétante pièce d’ouverture laisse présager que les choses ne sont peut-être pas ce qu’elles semblent être, et que des indices se cachent au vu et au su de tout le monde. « Projection, attachement, tromperie : c’est ça le drame ». Le début ensoleillé et optimiste de « Maré », avec une mélodie d’ouverture presque enfantine, fait écho à quelque chose de moins naïf : « La marée va chercher ce que le reflux apporte ». Le rythme vous aide à passer. « Tango » sonne comme le fait de tomber amoureux sur la piste de danse, chaude et tropicale, célèbre la camaraderie, tout en l’implorant peut-être, en la désirant ardemment. « Tara », quant à elle, ressemble à quelque chose qu’Astrud Gilberto aurait pu chanter à l’apogée de la popularité mondiale de la bossa nova, avec la touche des cuivres en sourdine de l’époque du big band sur le refrain, presque de l’autodérision, comme si elle se moquait d’une telle infatuation idéalisée.

Drama se termine au piano sur « The End ». Vivre, c’est tomber. Après tous les bouleversements émotionnels que le chanteur a fait subir à ses interprètes, s’agit-il d’une sorte d’adieu à ce corps mortel ? « Tout va plus loin », dit Amarante. « En chuchotant, on devient plus bruyant, les gens répondent mieux à une invitation », ajoute-t-il : « Regarder l’absurde tout en restant aimable, être ouvert aux cadeaux de la confusion ; c’est pourquoi nous créons ces outils que sont les histoires et les chansons, pour nous aider à nous voir les uns les autres.


You may know Rodrigo Amarante already. You may have heard « Tuyo, » his theme tune to the Netflix drama Narcos, or the Little Joy album, recorded with Fab Moretti and Binki Shapiro, you might have noted his name among the credits on songs by Gal Costa, Norah Jones and Gilberto Gil; or perhaps you saw him play live with Brazilian samba big band Orquestra Imperial, or with Rio rockers Los Hermanos; you really should have heard his debut album, Cavalo, released in 2014. You may think you know Rodrigo Amarante already, but Drama, his second solo album, is going to introduce a whole new level of confusion to the mix.

Drama is purposefully caricatural, cinematic; « As biased as memory ». It flows as an arch, playfully deceiving, like a tale. The ominous opening number gives you a hint that things might not be what they appear, and clues are hiding in plain sight. « Projection, attachment, deception: that is Drama. ». The sunny upbeat start of « Maré », with a nearly childish opening melody, echoes something less naïf: « The tide will fetch what the ebb brings ». The beat helps you move past. « Tango » sounds like falling in love on the dance floor, warm and tropical, it celebrates companionship, while perhaps pleading for it, yearning. « Tara, » meanwhile, feels like something Astrud Gilberto might have sung at the height of bossa nova’s global popularity, with the twist of the big-band-era muted horns on the chorus, nearly selfdeprecating, as if mocking such idealized infatuation.

Drama closes with the piano on « The End. » To live is to fall. After all the emotional upheavals the singer has put his cast through, is this some kind of farewell to this mortal coil? « Everything Furthers. » says Amarante. « Whispering, you get louder like that, people respond better to an invitation », and adds: « Staring at the absurd while remaining kind, being open to the gifts of confusion; that’s why we create these tools that are stories and songs, to help us see each other. »


Extrait vidéo du spectacle