Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Heure:

16h00

Lieu:

Amphithéâtre

BilletTerie:

514 861-4036

Tarifs:

49.50 $ régulier
62.50 $ VIP
33.00 $ moins de 18 ans (ce tarif est disponible téléphone et guichet seulement)
Taxes et frais inclus.

dimanche, 22 septembre 2019 | 16:00

MYTHOLOGIES, créé par KEMAL PAYZA

Credits for teaser: Peter Pringle (music), Nasuna Stuart-Ulin (videography)

“Une danse hypnotisante; une chose de beauté et de mystique”. Susan Hickman

“Magnifique…j’en ai la chair de poule” Mona Soukieh

“Pour moi, le spectacle Mythologies est un spectacle de rencontres, d’univers différents, de visions et de styles de vie différents qui coexistent. C’est aussi ma première expérience en tant que chorégraphe professionnel. J’ai eu la chance de créer 3 numéros guidés par la vision et l’esthétique de Kemal Payza. En tant que Métis indigène de la nation Wendat, je peux très bien comprendre le respect et l’honneur que Kyzyl ressent pour sa famille et sa culture. Mon expérience de danseuse avec la compagnie Marie Chouinard m’aide à donner naissance à Kyzyl sur scène – physiquement, spirituellement et émotionnellement.” Catherine Dagenais-Savard

“Pour moi, Mythologies s’éloigne de l’univers très abstrait de la danse contemporaine, il est plus lyrique avec de belles lignes, et je peux vraiment sentir l’émotion.  Quand Kyzyl et son prétendant l’Étranger se rencontrent, leur danse est très fluide et dynamique à la fois ; j’avais presque envie de danser avec eux.  J’ai aussi apprécié la partie où l’on utilise la parole au lieu de la musique ; cela m’a surpris, je dirais qu’elle apporte une sorte d’esprit poétique.” Naëla Janmamode

“Mes parents ont immigré de Cuba en 1999. Ils m’ont fait comprendre comment ils ont dû quitter leur famille, leur terre et leurs racines pour offrir à leurs enfants un avenir meilleur.  Le texte entendu pendant une partie de la chorégraphie parle aussi du sentiment de quitter ses racines pour se tourner vers un avenir meilleur ; c’est significatif pour moi car je crois que mes parents ont vécu la même chose.” Marietta Muñoz

“Je vois que Mythologies honore le sens de ma musique et sa place dans la mythologie et la culture du peuple indigène de la République de l’Altaï.  J’apprécie que ce beau programme chorégraphique maintienne le respect approprié pour la spiritualité et la dignité de l’Altaï.  J’espère que l’utilisation de ma musique dans Mythologies aidera les Canadiens et le monde entier à comprendre et à apprécier la nature artistique du peuple Altaï et illustrera notre amour pour nos chansons et notre patrimoine culturel.  Le programme de danse Mythologies, et surtout le texte qui est lu dans une partie de la danse, résonne profondément dans mon esprit.” Urmat Yntaev

Voici ce que le producteur/co-créateur Kemal Payza, dit à propos du spectacle :
Tout d’abord, j’aimerais dire qu’avant que Mythologies soit présentée sur scène, le spectacle débutera par une ouverture : un duo créé par la chorégraphe Montréalaise d’origine Tchèque, Eva Kolarova. La danse est créé sur une composition très moderne de sept minutes pour piano solo, intitulée “Fantasy on Seven”, composée en 1982 par Deniz Hughes. Le numéro sept est caché dans la musique à bien des égards. Et tout comme les sept sont entrelacés dans cette musique, comme par exemple les intervalles septièmes et les rythmes septuples, la présentation principale, Mythologies, a également un sens non divulgué. Mais si j’expliquais ou disais à une personne ce que je ressens à propos de cette création, cela limiterait la liberté de l’imagination de cette personne et l’empêcherait de construire sa propre interprétation.

Ce que je dirais, c’est que Mythologies est une danse contemporaine en 14 parties qui sont comme des chapitres ou des vignettes. Le programme a été créé en collaboration avec mon équipe de chorégraphes talentueux, certains émergents et d’autres établis : Audrey Gaussiran, Bettina Szabo, Catherine Dagenais-Savard, David Campbell, Eva Kolarova, Miriam Peretz, et Susannah Haight. Ces sept collaborateurs ont été sélectionnés en fonction de leur talent comme artistes, de leur alignement sur des parties individuelles sur lesquelles ils ont concentré leur créativité, et de leur capacité à créer des danses qui s’adaptent au style du programme.  Il y a 4 danseurs, chacun joue le rôle spécifique d’un personnage fictif, mais il convient de comprendre que chacun d’eux pourrait représenter plusieurs niveaux de sens. Les personnages sont: Kyzyl, ses parents Umai et Tengki, et un autre personnage que nous pourrions appeler “l’Etranger” qui, dans au moins un aspect de son incarnation, semble agir comme un prétendant de Kyzyl. Après avoir imaginé la vision du programme de danse, défini les personnages fictifs, développé une bande-son appropriée et sélectionné les chorégraphes, j’ai fourni à tous les artistes contributeurs des conseils sur la séquence d’actions ou émotions à dépeindre.

Ce que vous entendrez dans la bande originale de Mythologies est une gamme de compositions musicales pour la plupart inconnues mais d’une beauté extrême qui semblent étonnamment diverses et sans rapport, mais il y a une connexion cachée qui les lie toutes ensemble. La bande-son est de la vraie musique écrite par des compositeurs humains, pas des sons créés et synthétisés par ordinateur. Elle a été jouée et enregistrée sur de vrais instruments, donnant vie à la partition avec la chaleur des mains humaines et du souffle.

Pour énumérer quelques exemples : vous entendrez de la harpe jouée par Hannah Lash, compositrice contemporaine renommée vivant à New York; de la musique baroque Française composée par Robert de Visée; de la musique Arabe et Turque – interprétée de manuscrits historiques et composée par le musicien Montréalais François Rainville. Pour continuer sur le fait que la musique semble être sans rapport: trois des 14 parties de la danse utilisent des compositions modernes quasi-tonales pour la guitare classique et deux autres parties utilisent le chant de gorge authentique d’Asie centrale. Une partie de Mythologies est imprégnée de mystère pendant d’une courte improvisation sur la réplique d’une lyre d’argent Sumérien de 5000 ans. Cette pièce a été composée et interprétée, peut-être étonnamment pour la plupart des gens, par Peter Pringle, le chanteur-musicien vétéran Nouvelle-Écossais. La composition qui soutient un trio clé dans la danse est “Kara Toprak” (Terre Noire), brillant solo de piano par le célèbre compositeur basé à Istanbul, Fazil Say. Une partie de la bande son est composée de mots parlés, un texte écrit par la compositrice-chanteuse Montréalaise Andria Piperni. Ce sont toutes de belles pièces uniques qui n’ont jamais été utilisées par les chorégraphes modernes.

Une explication de ma source d’inspiration pour la conception de Mythologies révélerait trop de l’idée derrière le projet, créant ainsi le biais susmentionné que je veux éviter ou du moins minimiser. Je dirais que la graine de cette idée avait été plantée il y a longtemps, quand j’étais au lycée, par mon professeur d’anglais, le regretté Bernard Kurtin, dans un devoir intitulé “Rapport sur la Mythologie de vos Ancêtres”.

Après la présentation de Mythologies, Eva Kolarova complètera le spectacle par une danse accompagnée par le célèbre solo de guitare classique romantique du compositeur Espagnol Francisco Tárrega, “Capricho Árabe”.

J’espère que les spectateurs donneront au spectacle une interprétation significative pour leurs expériences ou leurs croyances individuelles. Cela devrait au moins stimuler la pensée et, espérons-le, susciter l’émerveillement devant la signification de leurs interprétations dans le monde d’aujourd’hui, et inciter idéalement certains à créer leurs propres œuvres artistiques, peut-être fondées sur leurs propres expériences.

Kem Payza, a Montreal scientist and artist/musician, will present his first evening of contemporary dance, a collaboration with several established and emerging choreographers, and accompanied by a hypnotic collection of unique and rare musical selections.  Mythologies integrates contemporary dance and music from foreign cultures in completely new ways, promising an evening of exotic and unique movement and sound.

The 50-minute work weaves a narrative through 14 vignettes, ranging in length from two minutes to six minutes. Two male and two female dancers create a story that may be known only to them. While each plays a specific role, artistic director Payza notes, “It should be appreciated that each of them might represent multiple levels of meaning.” The fictional characters portrayed by the dancers are Kyzyl, her parents Umai and Tengki, and The Stranger. After defining his vision for the program and the characters in his story, Payza developed a soundtrack and selected choreographers based on their talents as artists, and their alignment with the program style.

The sound accompaniment for Mythologies represents an incredibly diverse range. Many compositions have rarely been heard and certainly never used by modern choreographers. The selections have a deep underlying connection, says Payza, even though it is not obvious at all.  Some of the pieces include classical guitar compositions, a piano solo by renowned Turkish composer Fazil Say, contemporary harp music by New York City-based musician Hannah Lash, French Baroque music, ancient Arabic and Turkish music, authentic throat singing from the Altai Republic in Central Asia as well as spoken word created by Montreal songwriter Andria Piperni, and sublime music composed by veteran Nova Scotian singer/songwriter Peter Pringle on his own replica of a 5,000 year-old Sumerian lyre.

Although Payza has worked as a pharmacology researcher in Montreal for 25 years, he has played and composed for classical guitar and painted long before beginning his scientific career. His first foray into dance was to collaborate with Czech-born Canadian dancer/choreographer Eva Kolarova, who created a solo dance for his guitar composition “Reflections on a Beach”. That work premiered in 2017 at the Montreal Alzheimer’s Association fundraising gala.  That collaboration was a turning point for Payza, who explains, “It illustrated a cascade of inspiration: a simple walk on a Florida beach had inspired me to write a poem, which inspired my composition of “Reflections”, and that inspired Eva’s choreography.”

For his current collaboration, Payza chose dancers and choreographers he believed would best present his vision for Mythologies. Eva Kolarova was a logical choice, as they had already worked together. Other collaborating choreographers include Bettina Szabo, Audrey Gaussiran, Miriam Peretz, Susannah Haight and David Campbell.  Payza also hired dancer Catherine Dagenais-Savard to choreograph two parts of Mythologies that are set to the Altai songs and one additional key part set to Andria Piperni’s text.

The “mystery” of Mythologies is a unique feature of the performance. The choreographers and dancers are familiar with an allegory of the story and received guidance regarding the actions or emotions to be portrayed.  It is full of hidden meanings, explains Payza, who hesitates to disclose too much of anything about the story. “If I say what I expect a person to feel or interpret from this dance performance, then it would create a bias, limiting the freedom of that person’s imagination to construct his or her own meaningful and enjoyable interpretation,” says Payza.  While Payza will not disclose the source of his inspiration, he does confess, however, that a seed was planted long ago, by his high school English teacher, the late Bernard Kurtin, who handed out an assignment to report on the mythology of his ancestors.

Certainly, there is a strong theme of immigration, a common theme in Canada and in fact the world, a leitmotif that Payza believes can be well addressed through the abstract medium of dance. It is the abstraction of the movement, says Payza, that will allow the audience to interpret the story in a way that is meaningful to their individual experiences or beliefs.

Dagenais-Savard, who has danced for the Compagnie Marie Chouinard, created three parts for Mythologies. She believes the show is “about encounters, different universes, different visions and lifestyles that co-exist.” She says, as an Indigenous Métis of the Wendat Nation, that she understands the respect and honour that her character Kyzyl feels for her family and her culture.

Mythologies, says Payza’s colleague Naëla Janmamode, “departs from the very abstract universe of contemporary dance. It becomes more lyrical with beautiful lines . . . the dance is very fluid and dynamic. And the spoken word brings a kind of poetic spirit.”

Urmat Yntaev, founder of the throat singing ensemble in the Altai Republic who provided music for Payza’s project, adds, “I appreciate that this beautiful choreography program maintains the appropriate respect for Altai spirituality and dignity.  I hope that the use of my music in Mythologies will help the people of Canada and the world to understand and appreciate the artistic nature of the Altai people and will illustrate our love for our songs and our cultural heritage. The Mythologies dance program resonates deeply within my spirit.”

Payza says this newest collaborative project “is a natural and critical step for me as an artist. Realizing this dream not only supports my own artistic development, but it also contributes to the development of a talented group of emerging choreographers and other artists.”

To round out the program, Eva Kolarova will present the duet Fantasy on Seven as an opener. Fantasy on Seven, set to Deniz Hughes’ 1982 solo piano composition of the same name, intertwines the number seven throughout the music, for example seventh intervals, septuple rhythms, seven minutes long. After the presentation of Mythologies by the dancers representing the four characters, Eva Kolarova will also close the show with a solo dance choreographed to Spanish composer Francisco Tárrega’s famous Romantic classical guitar solo, Capricho Árabe.

Payza expects that the evening’s dance program “will at least stimulate thought, and hopefully wonder, about its relevance in today’s world, and ideally inspire some to create their own artistic interpretations.”